L’Industrie graphique sous pression - chances et risques de la crise corona

 



 

LES FAITS CONCERNANT LA PANDÉMIE - QUELLE EST LA GRAVITÉ RÉELLE DE LA SITUATION?

  • Depuis le début de l'année 2020 le monde entier est sous le charme de la vague d'infection autour de la COVID-19.
  • Cela a engendré des implications socio-politiques, si bien que même le secteur de l’imprimerie faire face à des problèmes majeurs.
  • Comparée aux crises économiques passées, la pandémie pourrait avoir des conséquences graves, voire catastrophiques selon le cours des événements.
  • Le secteur de l’imprimerie est fortement touché par la forte mise en réseau et la dépendance d'autres industries. Des pertes massives de chiffre d’affaires sont à craindre.
  • Vous trouverez dans cet article tous les chiffres, les prévisions et un aperçu de la situation actuelle du secteur.



Depuis janvier 2020, la COVID-19 détermine des événements dans tous les domaines de la vie dans le monde. La propagation rapide du virus à travers le monde a incité l'Organisation mondiale de la santé(OMS) à qualifier la situation de pandémie dès mars 2020.


Jusqu’à présent, plus de 100 millions d’infections ont été enregistrées dans le monde, et plus de 2,4 millions rien qu’en Allemagne (au 24 février 2021). Malgré de nombreuses précautions, la propagation du virus n’a pas pu être stoppée. La fermeture des écoles, des institutions publiques et des magasins ainsi que l'annulation de grands événements ou l'interdiction de sortir ont fait que la courbe des nouvelles infections s'est considérablement aplatie pendant les mois d'été.


Cependant, l’Allemagne a connu par la suite une forte augmentation des nouveaux cas, avec parfois plusieurs dizaines de milliers de nouvelles infections – par jour. La mise au point réussie de vaccins, comme par exemple par l’entreprise pharmaceutique allemande Biontech, est considérée comme un gamechanger dans la lutte contre la pandémie et les premiers vaccins ont pu être administrés en Allemagne depuis le début de 2021.


Cependant, plusieurs mutations du virus COVID-19 sont apparues, dont certaines se propagent encore plus rapidement.

Dans le secteur de l’imprimerie, les circonstances sont particulières : le BVDM a reconnu l’importance systémique de toutes les entreprises allemandes de l’imprimerie et des médias.

L'INDUSTRIE DE L'IMPRESSION PROCHE DE LA FIN ?

 

Le secteur de l'imprimerie est confronté à une phase difficile. La situation économique se détériore en raison de la crise de Corona, avec des clients qui abandonnent ou des processus dans les chaînes de production qui sont perturbés.

Le développement de la societe Heidelberger Druckmaschinen AG est donc susceptible d'influencer l'ensemble de l'industrie de l'imprimerie européenne ou de marquer son avenir économique : si le premier fabricant mondial de machines d'impression offset à feuilles se porte bien, c'est notamment grâce à une industrie de l'imprimerie stable. Le cours de l'action Heidelberger est donc une indication de l'état économique de l'industrie de l'imprimerie.


La particularité de la crise actuelle est qu'elle affecte l'ensemble de l'économie - mais n'a pas eu de déclencheur économique. Même ainsi, les effets de la pandémie ne pourraient pas être plus profonds. Cela est apparu au plus tard en mars 2020, lorsqu'une "interdiction totale de contact" a été imposée à l'échelle nationale. Le résultat : tous les magasins qui n'étaient pas considérés comme pertinents pour la maintenance du système ont dû fermer temporairement.

 

 


 

Les discussions en cours sur l’assouplissement des restrictions actuelles du Corona, ainsi que le traitement très différent des mesures dans les différents États fédéraux, montrent qu’il n’existe pas encore de pronostic fiable à cet égard – les différences régionales entraînent un traitement différent. L’augmentation du nombre d’infections consécutive aux ouvertures, y compris dans le commerce de détail, entraîne inévitablement de nouvelles fermetures. Cela signifie que les magasins et les entreprises ne peuvent pas planifier leurs activités. Cela entraîne une grande incertitude.


Mais même si les opérations se poursuivent, des problèmes fondamentaux subsistent dans presque tous les secteurs. Lorsque les clients sont absents en raison de l’isolement de leur domicile, il n’y a ni commandes ni ventes. Dans le secteur de l'imprimerie, les clients habituels dans les domaines de l'événementiel, de la publicité et du marketing ont presque totalement disparu. Le chômage partiel et des mesures similaires ont déjà donné des résultats dans de nombreux endroits.


Cela a déjà eu un impact notable sur l’ensemble de l’économie, comme le montrent notamment les résultats de l’Office fédéral de la statistique :
 

  • Pour la première fois depuis la crise des marchés financiers de 2009, le nombre de personnes actives en Allemagne a considérablement diminué en 2020. Au 4e trimestre 2020, ce chiffre était inférieur de 1,6 % à celui de l'année précédente, c'est-à-dire qu'environ 744 000 personnes ont perdu leur emploi au cours de cette période.
  • L’évolution du produit intérieur brut est similaire. L’indicateur conjoncturel important pour l'économie a enregistré une baisse de 5% en 2020 – la dernière fois que cela s'est produit sous cette forme, c'était en 2009.
 

Afin d'éviter des défauts de paiement majeurs, le ministère de l'Économie a déjà décidé, le 27 mars 2020, de mettre en place des mesures d'aide globales, telles que des fonds pour l'aide d'urgence ou un fonds de stabilisation économique. De cette manière, les petites entreprises et les start-ups ainsi que les grandes entreprises doivent être soutenues autant que possible.

La gravité des conséquences économiques à long terme de la pandémie ne peut actuellement être prédite, que dans une mesure limitée. Si une vaccination généralisée peut être mise en œuvre rapidement, les perspectives économiques s'en trouveront également améliorées. Cependant, la propagation de nouvelles mutations du virus suscite un certain scepticisme quant à la possibilité d'un retour rapide à la normale.

LA SITUATION EST VRAIMENT SI MAUVAISE

Parce que le confinement n'a pas encore donne les résultats escomptés et que les mutations font craindre de nouvelles vagues d'infections, il est difficile de faire un pronostic sur la situation économique. Le fait que la pandémie ait un impact n'est pas seulement évident à partir du nombre d'employés et du produit intérieur brut :


Le marché boursier a connu entre-temps des chutes rapides, qui ont toutefois plus tard été amorties par les nouvelles sur le développement des vaccins. En effet, les annonces de progrès ont eu un effet stimulant sur les prix.


Les inquiétudes liées à l'incertitude des perspectives demeurent. Ainsi, l’indice de climat conjoncturel de l’institut ifo présente lui aussi des hauts et des bas pour le moment, après avoir chuté de 86,1 points en mars 2020 à son niveau le plus bas depuis 2009.


L’indicateur de climat des affaires ifo comprend notamment des évaluations de la situation actuelle des affaires et des prévisions pour l’avenir. Une série de questions auxquelles répondent les entreprises de différents secteurs est analysée chaque mois. Le résultat est une valeur moyenne qui fournit des informations sur l'évolution de l'économie allemande dans son ensemble et dans des secteurs individuels tels que l'industrie graphique.


L’indice ifo du climat des affaires est donc considéré comme un indicateur précoce important du développement économique futur.

Il est très difficile d'évaluer les perspectives économiques avec plus de précision, car l'évolution de la pandémie et donc le niveau des pertes dans les secteurs économiques sont encore incertains. Mais il existe déjà quelques avis et appréciations d'experts qui donnent une idée approximative des conséquences :

 
  • Contexte : l’Allemagne connaît une croissance économique continue depuis 2009. Cependant, tout porte à croire qu’il pourrait y avoir une récession.
  • Mesures : Selon le président de l'Ifo, Clemens Fuest, une chute de la croissance économique comprise entre 7,2 et 20,6 % est à prévoir en Allemagne si la crise dure deux à trois mois. L'Organisation des pays industrialisés (OCDE) s'attend à ce que la croissance économique mondiale diminue de moitié.
  • Comparaison : En 2009, après le pic de la crise économique mondiale, l’économie allemande s’est effondrée de 5,7%. Il s'agit du plus grand déficit des 30 dernières années et de la seule récession de plus de 1,0 %.
  • Risques : Le secteur financier reste stable malgré de lourdes pertes sur le marché boursier. Cependant, si les banques s'effondrent, comme ce fut le cas pendant la crise économique mondiale de 2008, le scénario pourrait devenir bien pire.
 

Dans le secteur de l'imprimerie en particulier, la situation est très tendue, le sentiment oscillant entre l’inquiétude et la confiance. Ces fluctuations se reflètent également dans l'indice du climat des affaires de l'industrie :

LES MOYENS DE SORTIR DE LA RÉCESSION - QUELS SCÉNARIOS SONT ENVISAGEABLES ?

Une période de récession est donc certaine – la seule question est de savoir quelle en sera l'ampleur. Il existe différentes prévisions à cet égard, qui suivent certains scénarios.
 

Le scénario V

Si la courbe économique remonte rapidement après un effondrement important, il s'agit d'un scénario en V – nommé d’après la forme que prend la courbe. Avec une période de stagnation économique relativement courte, de nombreux espoirs sont fondés sur une telle évolution, avec des conséquences relativement modérées.
 

Le scénario U

Si cette période dure un peu plus longtemps, l’économie stagnera pendant un certain temps avant la reprise suivante – c’est ce que l’on appelle le scénario U. C’est ce qui se produit dans le contexte de la crise actuelle, où un (quasi) arrêt de la production dure environ trois mois.
 

Le scénario L

Toutefois, si l’impact de la crise se prolonge ou frappe très durement plusieurs pays, une récession plus sévère est susceptible de se produire, dont l'économie mondiale ne pourra pas se remettre rapidement. Les économistes et les chefs d’entreprise craignent à juste titre ce scénario L, dans lequel l’économie stagne pendant une longue période : les cours de la bourse, les chiffres des ventes et de l’emploi s’effondrent et restent faibles pendant des mois ou des années. C’est certainement un scénario possible, si par exemple la crise revient avec une deuxième vague d'infections sérieuses.
 

Le scénario Y

Un scénario en Y serait tout aussi dévastateur - que ce soit pour l'ensemble de l'économie ou des industries entières ou simplement pour certaines entreprises et certains secteurs. Comme dans le scénario L, les activités et le chiffre d’affaires sont presque totalement interrompus. Après le repli de l’économie, la reprise est très lente.

On parle très souvent d’une récession que lorsque l’économie a connu un ralentissement marqué pendant au moins deux trimestres consécutifs, ou lorsque celle-ci a stagné après un ralentissement. Toutefois, il est également possible de le déterminer à un stade précoce en examinant les cours de la bourse.

Si un scénario en V devait subsister, une baisse d'environ 7 % serait attendue. L'IfW (Institut pour l’économie mondiale) prévoit une perte du PIB de « seulement » 4,5% dès fin avril en cas de reprise. Par conséquent, la récession se situe encore à peu près dans le même ordre que la perte de prospérité après la dernière crise économique. Les conséquences économiques réelles devraient donc être facilement comparables :
 

À cette époque, la baisse des ventes de marchandises de toutes sortes a entraîné des réductions de production et donc du chômage partiel ou des suppressions d'emplois - en Allemagne, cela était très visible dans l'industrie automobile, entre autres. Ainsi, le taux de chômage a de nouveau augmenté pour la première fois depuis une nette tendance à la baisse - mais seulement de 0,3 point de pourcentage, ce qui a été réalisé principalement grâce à des mesures de chômage partiel qui ont coûté 4,7 millions d'euros. Mais la baisse qui a suivie a probablement été ralentie à long terme en conséquence.
 

L’industrie de l’imprimerie a également connu une baisse sensible en 2009. Les chiffres de la BVDM(Fédération allemande des industries de l'impression et des médias) le montrent clairement : le chiffre d’affaires a brusquement chuté d’environ 10%, ce qui a entraîné une perte totale de 2,3 milliards d'euros. Au cours des années qui ont suivi, le chiffre d’affaires est resté plus ou moins constant, mais il n’a pas été possible d’atteindre les niveaux d’avant la crise financière.
 

L’industrie de l’imprimerie s’en sort mieux que d’autres secteurs – par exemple, l’industrie automobile locale a enregistré une baisse de 68 milliards d’euros (environ 20% de moins par rapport au chiffre d’affaires total de l’année précédente). Néanmoins, l’impact de la crise économique sur l’imprimerie est évident.
 

Le scénario U, qui se situe entre une baisse attendue du PIB de 8,7% (IfW) et les 20,6% prévus par le président de l’ifo Fuest, serait donc dévastateur pour l'industrie allemande et donc aussi pour le secteur de l'imprimerie. Des baisses de production et de ventes encore plus importantes dans des secteurs industriels clés entraîneraient des pertes de commandes extrêmes ici, car l'industrie manufacturière et de transformation est le principal moteur de l'industrie de l'imprimerie. Il représente 86,4% du carnet de commandes.

 

L'INDUSTRIE DE L'IMPRIMERIE AVANT LE POINT BAS

De nombreux secteurs - à quelques exceptions près, presque tous - connaissent une phase problématique à la suite de la crise de Corona. Le secteur de l'imprimerie ne fait pas exception, bien au contraire. Il est particulièrement touché en raison de ses nombreux liens avec d'autres secteurs de l'économie et de ses dépendances.
 

Le moment même de la crise est particulièrement marqué par un effondrement. Après tout, la situation de ces dernières années a été plutôt positive dans l'ensemble du secteur, ce qui est lié aux évolutions du passé. Au cours de ce 21e siècle encore jeune, le secteur de l'imprimerie a déjà relevé de nombreux défis.

 
  • Situation de départ: pendant longtemps, l'échange d'informations s'est fait essentiellement par voie imprimée. Le secteur de l’imprimerie était une composante essentielle de tous les secteurs de l’économie et était donc en pleine croissance.
  • Numérisation: Internet est venu remettre en cause ce statu quo. Échange de données, d’informations, de matériel de lecture - de plus en plus, de nombreux aspects de la vie quotidienne ont pu se dérouler sans l’industrie de l’imprimerie. Mais :
  • Crise financière de 2009: La crise financière a suivi, qui a provoqué un net ralentissement. Cela a également entraîné de lourdes pertes en matière d'impression.
  • Consolidation: Depuis lors, le secteur est resté relativement stable à un niveau similaire à celui d’avant 2009, avec un chiffre d’affaires total d’un peu plus de 20 milliards d’euros par an. Et ce, malgré l’essor des smartphones et autres appareils mobiles, l’utilisation intelligente d’Internet comme canal de vente pour les produits imprimés a transformé les concurrents en opportunité pour l’industrie. Il s’agit d’une évolution positive, en particulier pour les acteurs du marché qui profitent des possibilités offertes par l’internet.


La situation a donc été largement positive : la transformation de la numérisation qui est passée du statut de défi à celui de facteur de réussite, en particulier grâce aux imprimeries en ligne, maintient le marché à flot et crée constamment de nouveaux potentiels. Aujourd'hui, en 2020, l'industrie s'attend à une nouvelle crise due à la menace internationale de Corona. Les principaux facteurs qui affectent directement les entreprises du secteur de l'imprimerie sont les suivants :

 
  • Pénurie de matériaux : papier, carton, encres, vernis, etc. - qui dépendent tous de fournisseurs intermédiaires pouvant se trouver dans des pays étrangers (non européens). L’existence de goulets d’étranglement ou de restrictions d’une quelque nature que ce soit, a un impact direct sur la disponibilité pour les imprimeries. Toutefois, à l'heure actuelle, aucun goulet d'étranglement n'est à prévoir.
"In den meisten Ländern Europas, in denen Papierproduktion stattfindet, haben inzwischen Systemrelevanz erklärt. Es ist mit nachfragerückgangbedingter Kapazitätsanpassung zu rechnen, nicht aber mit Versorgungsproblemen. Bei Recyclingpapieren gibt es bereits Initiativen, die Kommunen wieder zur Abholung des Papierabfalls bewegen."
 

Jörg Sensburg, Vorsitzender des Bundesverbands des Deutschen Papiergroßhandels (BVdDP)

  • Arbeitskraft: Die Beeinträchtigung der Arbeitskraft durch Krankheitsfälle ist noch eher gering, doch das könnte sich im schlimmsten Fall ändern. Auch Sicherheitsmaßnahmen können einen geringen negativen Einfluss auf die Produktivität haben, da routinierte Arbeitsabläufe dadurch eingeschränkt oder verändert werden.
  • Logistik: Durch eine erhöhte Nachfrage bei der Paketlogistik arbeiten die Anbieter hier auf Hochtouren. Neu ins Leben gerufene Logistikportale sollen dabei helfen, alle verfügbaren Kapazitäten möglichst effizient zu nutzen.
 
"Einschränkungen in der Papierlogistik sind aktuell nicht festzustellen, weder seitens Hersteller noch Handel. Im Übrigen sind ungenutze Ladekapazitäten anderer Industriesegmente verfügbar."
 

Jörn Sensburg, Vorsitzender des Bundesverbands des Deutschen Papiergroßhandels (BVdDP)

  • Auftragseinbrüche: Dies ist einer der wichtigsten Faktoren – denn sie betreffen die Druckbranche besonders stark. Der mit Abstand größte Auftraggeber der Druckindustrie ist die gewerbliche Wirtschaft mit 86,4 Prozent.
  • Einfrierendes Branchennetzwerk: Die Vernetzung mit Kunden, Geschäftspartnern und Marktteilnehmern wird deutlich erschwert. Besonders die Absage von Messen, Branchentreffen und Großveranstaltungen dürfte langfristige Folgen haben. So wurden einige Messen bereits abgesagt und weitere verschoben – doch was tatsächlich durchführbar ist, bleibt noch ungewiss. Bisher wurden Großveranstaltungen in Deutschland bis mindestens zum 31. August grundsätzlich untersagt.
 

D’autres restrictions sont également difficiles à évaluer. Les décisions individuelles prises par d’autres pays (par exemple la fermeture des frontières en République tchèque) et les mesures prises par des entreprises internationales comme Facebook (annulation de tous les grands événements d’ici à la fin juin 2021) peuvent avoir de profondes répercussions.

Die Absage von Messen ist ein gewichtiger Faktor, der Unternehmen branchenweit betrifft. Folgende Messen sind bereits abgesagt:
 
  • Fespa Global Print Expo Madrid,
  • Druck- und Medientag Leipzig,
  • drupa Düsseldorf
  • die EMPACK 2020 in Utrecht (NL) wurde vorläufig auf den September 2020 verschoben,
  • die ProFlex in Konstanz soll Mitte September stattfinden,
  • die Hunkeler Innovationdays in Luzern sollen anstatt im Februar 2021 nun erst 2022 stattfinden.

La situation actuelle présente donc certains défis pour l'industrie de l’imprimerie. Si la plupart des grandes industries sont paralysés pendant une période plus longue, comme le craint l'ifo dans son scénario U, de nouvelles baisses de commandes et, dans certains domaines, des problèmes supplémentaires avec les fournisseurs sont à prévoir.

 

DES DIMENSIONS ENCORE INCERTAINES

Comme dans toutes les autres grandes branches de l'industrie, la principale question est de savoir combien de temps les contraintes massives de la crise vont durer et quelles solutions sont disponibles en attendant, y compris par le biais de programmes d'aide publique.
 

En janvier 2021, le BVDM a perçu une détérioration apparente de l’ambiance dans l’industrie, avec un indice du climat des affaires inférieur à 90 points. Au moins, l'indice est resté au-dessus du creux atteint en avril 2020.


Le fait que les entreprises de l’industrie de l’imprimerie continuent d’être des entreprises d’importance systémique qui ont une valeur inestimable dans de nombreux domaines de la vie - des formulaires pour les autorités publiques aux emballages pour le commerce d'alimentation - sera probablement une maigre consolation pour beaucoup.


Fakt ist nämlich ein weit verbreiteter Auftragsmangel, der für zwei Drittel der Unternehmen zur Belastung wird. Die Kapazitätsauslastung liegt deshalb durchschnittlich nur bei 75,8 Prozent und damit deutlich unter dem Vergleichswert aus dem Vorjahr. Laut Konjunkturtelegramm des BVDM (Stand 29. Januar 2021) resultiert daraus auch eine weitgehend pessimistische Beurteilung der aktuellen Geschäftslage.


Beaucoup dépendra donc de l’efficacité de la gestion de l’évolution de la pandémie : les mutations de Corona et la lenteur des progrès réalisés jusqu’à présent dans le domaine de la vaccination font craindre une prolongation des mesures de restriction. Les perspectives commerciales restent donc incertaines. Cependant, 52% des entreprises interrogées ont toujours déclaré ne pas s’attendre à un changement de leur situation, mais dans le pire des cas, cela signifie qu’aucune amélioration n’est en vue.

 

C'EST AINSI QUE L'ON SORT GAGNANT DE LA CRISE

Lorsque la situation économique globale est mauvaise, il y a bien sûr toujours des défis majeurs à relever pour tous les acteurs de la chaîne de valeur. Des investissements ou des coûts plus importants sont souvent évités. Par exemple, Xerox a retiré son offre d’acquisition de HP début avril, compte tenu de la situation actuelle.
 

La dure réalité pour de nombreux acteurs du marché est qu’ils devront tôt ou tard reconsidérer radicalement leur position. Il est fort possible que certaines entreprises en arrivent au point où leur propre modèle économique ne sera plus viable. Mais dans des circonstances aussi changeantes, de nouvelles portes s’ouvrent sans cesse, par exemple à des acteurs hautement spécialisés ou à des innovateurs.
 

En raison des restrictions de contact, il existe une certaine tendance vers le commerce électronique, qui d'une part donne aux imprimeries en ligne notamment la possibilité de bénéficier de leurs nombreuses années d'expérience. En outre, la crise accroît naturellement la demande d’emballages attrayants pour l’expédition et l’emballage des produits, qui doivent être fabriqués.
 

Par exemple, au début de l’année 2021, l'association fédérale allemande du commerce électronique et de la vente à distance par correspondance (BEVH) a présenté un bilan tout à fait impressionnant. En effet, au cours de l’année Corona 2020, les mesures de lutte contre l’infection ont contribué à une évolution très positive du chiffre d’affaires brut et de la croissance de l’industrie :
 

  • Selon la BEVH, le commerce en ligne a rapporté 83,3 milliards d’euros, soit près de 15% de plus que l’année précédente.
  • Cela s’est accompagné d’une croissance de l’industrie de 12,5%.


Ces chiffres encourageants sont loin d’être valables pour tous les segments du secteur. L'industrie du voyage et de l'événementiel a subi une baisse considérable de son chiffre d’affaires – les restrictions de voyages et les annulations de manifestations ont considérablement réduit la demande.


Les gagnants, en revanche, sont principalement les produits de consommation courante : les produits alimentaires, par exemple, ont enregistré une augmentation des ventes de plus de 60 %, les médicaments de 54 % et les produits pharmaceutiques de 35 %. Il s’agit là, des secteurs dans lesquels l’emballage et l’impression d’emballages jouent un rôle central.


Pour certains secteurs de l’imprimerie, l’augmentation des commandes en ligne représente donc une grande opportunité. Mais pour les utiliser, un portefeuille de produits adapté ne suffit pas. La pression en faveur de l’innovation persiste, mais il vaut la peine d’y faire face : dans l’ensemble, les acteurs du marché qui innovent et mettent en œuvre les nouvelles technologies à un stade précoce ressentent moins de changements dans leur vie de travail – les réseaux numériques facilitent la poursuite de leurs activités et les questions telles que le Home Office ne sont pas nouvelles pour eux.


De même, une crise entraînant des problèmes de livraison et de disponibilité des biens individuels pourrait signifier une plus grande niche pour l'impression 3D dans l'industrie manufacturière. Les pièces de rechange et les petites pièces pourraient ainsi être fabriquées par l'entreprise elle-même en cas de besoin, au lieu de dépendre d'une chaîne d'approvisionnement opérationnelle.

 

LA FLEXIBILITÉ GAGNE - ADAPTEZ-VOUS!

À une époque où le sujet de l'impression connaît déjà des difficultés, des entreprises flexibles, agiles et innovantes ont su tirer leur épingle du jeu - c'est à nouveau le cas, peut-être plus que jamais. Les entreprises d'impression capables de mieux s'adapter aux nouvelles circonstances et de trouver plus rapidement des solutions aux nouveaux problèmes pourraient participer à l’évolution du marché à l’avenir.
 

Par exemple, la demande augmente pour certains emballages d’expédition, notamment pour les besoins de l’industrie pharmaceutique. Certaines entreprises, comme le géant français Sidel de l’emballage, ont déjà réagi en produisant, par exemple, de plus grandes quantités d’emballages pour désinfectants.
 

À l’heure où de nombreux processus évoluent vers le numérique, il est d’autant plus important de poursuivre et de développer en permanence une stratégie en ligne adaptée. Ceux qui sont déjà bien placés ici peuvent déjà en bénéficier.
 

Avec son calculateur en ligne, Labelprint24 dispose d'un outil qui simplifie de nombreux processus et peut également être utilisé par d'autres entreprises. De nombreux produits du portefeuille peuvent ainsi être calculés individuellement en temps réels et commandés directement à l'étape suivante.
 

Nous pouvons également mettre cet outil à la disposition de nos partenaires et grands clients. Ensuite, vous pouvez implémenter notre calculateur en ligne sur votre propre site – vos clients commandent via ce formulaire et bénéficient du calcul en direct. De même, l’interface numérique garantit également un traitement plus rapide des commandes, qui sont entièrement automatisées et nous sont transmises.

 

LABELPRINT24 - NOTRE RÉPONSE À LA CRISE

Verpackungen Corona Druckerei
 

Les défis sont bien présents et se font sentir dans tout le secteur. Mais cela ne signifie pas que les entreprises doivent se retirer, bien au contraire. Le secteur de l'imprimerie est étroitement liée à de nombreuses chaînes de valeur différentes et revêt donc une importance particulière pour les besoins des citoyens au cours de la crise.
 

Labelprint24 s’efforce par conséquent de fournir à tous les clients les prestations promises dans la qualité habituelle, sans aucune restriction. Par conséquent, aucun changement n’est donc nécessaire. De même, nous nous efforçons toujours de trouver des solutions pour la livraison rapide de nos commandes, au cas où les prestataires de services logistiques seraient limités par des développements aigus.

 
  • Nous prenons la situation très au sérieux. Cela signifie que nous comprenons les préoccupations de nos employés et faisons tout notre possible pour les protéger.  
  • Dans la mesure du possible, nos employés travaillent à domicile. Pour la production et l’expédition, où le travail sur place est inévitable, nous avons mis en place des mesures de sécurité spéciales.
  • Par exemple, tous les employés respectent une distance de sécurité prudente. Les postes sont passés sans contact et nos employés sont sensibilisés aux mesures d’hygiène recommandées par les médecins. Laver les mains régulièrement, pas de contact direct, le moins de personnes possible dans un espace restreint.
 
Labelprint24.com aktuelle Situation: Ihre Bestellungen können auch in der aktuellen Situation uneingeschränkt bearbeitet werden. Alle Liefertermine werden wie gewohnt eingehalten. Dank unserem Spitzenteam haben wir keine spürbaren Einschränkungen in unserem Betrieb.

Afin de maintenir notre production et nos services, nous faisons de notre mieux pour continuer à poursuivre toutes les étapes de notre chaîne de production sans restrictions - et ceci sans prendre de risques. Sur chaque page de l’en-tête du site, vous pouvez trouver sous les notifications un message mis à jour quotidiennement sur la situation actuelle de notre entreprise et donc sur les livraisons et les commandes. Puisque Labelprint24 est bien préparé, nous ne prévoyons pas de restrictions dans notre service pour le moment.

 
  • Stocks de matériel: Notre entrepôt est bien approvisionné par prévoyance - de sorte que nos services ne sont pas directement limités par la crise pour le moment. Dans tous les cas, les matériaux que nous utilisons proviennent rarement des zones fortement touchées, de sorte que l'approvisionnement n'est guère affecté.
  • Filet de sécurité d'urgence: si tout se passe mal, nous transférons automatiquement nos commandes à notre réseau européen de partenaires, ce qui garantit à nos clients l’exécution de leurs commandes. Un plan d’urgence permet aux clients de ne pas ressentir d’interruptions, même en cas de restrictions imprévues.
  • Logistique: notre partenaire contractuel UPS s'engage également à continuer à exécuter les commandes dans la mesure du possible sans compromettre les mesures de sécurité. Par conséquent, il existe quelques régions où les services locaux peuvent être perturbés – pour plus d’informations, voir ici. Si vous passez une commande dans une région actuellement mentionnée, veuillez nous en informer afin que nous puissions trouver une solution.
 

MAÎTRISER LA CRISE DU CORONA - QUELQUES CONSEILS

Qu'il s'agisse de l'industrie de l'imprimerie, d'autres secteurs économiques ou des particuliers, nous sommes sans aucun doute tous touchés par la crise. Il s’agit pour nous tous d’une situation nouvelle et donc d’un défi qui n’a plus existé depuis longtemps. Mais elle peut aussi être maîtrisée.
 

Comme d’autres entreprises, Labelprint24 a déjà pu tirer de nombreux enseignements de ces dernières semaines. C’est pourquoi nous partageons les connaissances et les défis et appelons les autres entreprises à faire de même.

 
  • Prenez les mesures de sécurité au sérieux: cela s'applique à la fois en privé qu'au travail. Ce n’est que si toutes les recommandations officielles sont respectées que cela pourra fonctionner à long terme. Malgré toutes les ambitions économiques et entrepreneuriales, la santé et la sécurité de toutes les personnes impliquées sont primordiales. C'est également le seul moyen de conserver la confiance des employés.
  • Communication ouverte: il est bien sûr difficile d'aborder des questions telles que le chômage partiel ou les mesures de sécurité renforcées, qui représentent une charge supplémentaire pour le personnel. Mais l'ouverture et l'honnêteté, surtout en ce qui concerne la motivation réelle, sont ici la clé d'une bonne collaboration.
  • Ne minimisez pas la gravité de la situation: il s'agit d'une crise économique, c'est un fait. Ce n'est donc pas une honte si les entreprises dépendent de programmes de soutien étatiques et nationaux ou doivent recourir au chômage partiel. Ces opportunités peuvent aider de nombreuses entreprises à traverser des moments difficiles. Sur la page du BMW, il y a un aperçu des différentes offres d’assistance qui sont à la disposition des entreprises.
 

Comme beaucoup d’autres entreprises, Labelprint24 est confronté pour la première fois à des employés assis dans un bureau à domicile. Il s'agit d'un défi technique, communicatif, social et organisationnel pour toutes les parties. Voilà ce que nous avons appris des premières semaines de cette situation :

 
  • Base de confiance: la peur de la productivité des employés du bureau à domicile est déplacée. Les mesures de surveillance supplémentaire ne font que les accabler - c'est pourquoi une communication ouverte et une bonne base de confiance sont donc des bases importantes. D'un autre côté, il est bien sûr possible de se perdre dans le travail à la maison sans heures de pause fixes - c'est donc une bonne idée de motiver l'équipe à avoir une routine quotidienne équilibrée et à respecter les temps de pause et de fermeture.
  • Soutien: non seulement pour les entreprises, mais aussi pour la main-d'œuvre, le passage soudain au travail à domicile est un défi. Il est donc important de faire un effort pour une transition en douceur et de soutenir les employés autant que possible. Il est donc plus important que jamais d'encourager l'échange de conseils sur la manière de créer une journée de travail productive et sans distraction entre les employés ou d'être en contact plus actif avec l'équipe pour répondre aux questions ou aux problèmes.
  • Facteurs sociaux: de nombreuses personnes ne sont pas habituées à travailler à leur bureau privé, en particulier lorsqu'il n'y a pas de contact direct avec des collègues. Même si cela n'est pas absolument nécessaire pour les opérations de base, des conférences téléphoniques supplémentaires ou même des vidéoconférences peuvent être utiles. Nous avons appris : n'en faites pas trop ! Régulièrement, mais court et souple a fait ses preuves chez Labelprint24.
   

Quellen und weiterführende Informationen:

Johns Hopkins University (JHU) – COVID-19 Fallzahlen:
https://www.arcgis.com/apps/opsdashboard/index.html#/bda7594740fd40299423467b48e9ecf6

Robert Koch Institut – COVID-19 Fallzahlen:
https://www.rki.de/DE/Content/InfAZ/N/Neuartiges_Coronavirus/Fallzahlen.html

Weltgesundheitsorganisation (WHO) – SARS- und H1N1-Fallzahlen:
https://www.who.int/csr/sars/country/table2004_04_21/en/
https://www.who.int/csr/don/2010_08_06/en/

finanzen.net – Daten zu den verschiedenen Börsenindizes (DAX, DOW Jones Industrial, Shanghai SE Composite):
https://www.finanzen.net/index/dax/historisch

ifo – Die volkswirtschaftlichen Kosten des Corona-Shutdown für Deutschland:
https://www.ifo.de/DocDL/sd-2020-04-fuest-etal-volkswirtschaftliche-kosten-corona-2020-04-15.pdf

IfW Kiel – Konjunkturbericht:
https://www.ifw-kiel.de/de/publikationen/medieninformationen/2020/update-konjunkturbericht-deutsches-bip-duerfte-2020-zwischen-45-und-9-prozent-einbrechen/

BVDM – Jahresbericht 2008-2009:
https://www.bvdm-online.de/fileadmin/Jahresberichte/Jahresbericht_2008_2009.pdf

Statistisches Bundesamt / statista.com – Umsätze der Automobilindustrie in Deutschland:
https://de.statista.com/statistik/daten/studie/160479/umfrage/umsatz-der-deutschen-automobilindustrie/

Statistisches Bundesamt – Arbeitsmarkt und Erwerbstätigkeit:
https://www.destatis.de/DE/Themen/Arbeit/Arbeitsmarkt/Erwerbstaetigkeit/_inhalt.html

Statistisches Bundesamt – Wirtschaftliche Auswirkungen:
https://www.destatis.de/DE/Themen/Querschnitt/Corona/Wirtschaft/kontextinformationen-wirtschaft.html

MDR – Corona – weinende Mitarbeiter und wirtschaftliche Katastrophe:
https://www.mdr.de/nachrichten/mitmachen/mdrfragt/corona-folgen-wirtschaft-100.html

BMWI – Auswirkungen des Coronavirus:
https://www.bmwi.de/Redaktion/DE/Dossier/coronavirus.html

BEVH: E-Commerce beschleunigt Wachstum (Pressemitteilung 26. Januar 2021:
https://www.bevh.org/presse/pressemitteilungen/details/e-commerce-beschleunigt-wachstum-deutlich-auf-mehr-als-83-mrd-euro-warenumsatz-in-2020-bevh-forde.html

BVDM: bvdm-Konjunkturtelegramm Januar 2021: :
https://www.bvdm-online.de/presse/pressemitteilungen/2020/bvdm-konjunkturtelegramm-januar-2021-zweite-corona-welle-verschlechtert-branchenstimmung-zum-jahresbeginn/

BVDM: bvdm-Konjunkturtelegramm März 2020:
https://www.bvdm-online.de/presse/pressemitteilungen/2020/bvdm-konjunkturtelegramm-maerz-2020-geschaeftsklima-kuehlt-sich-deutlich-ab/

EIWOD Papier und Zellstoff: Papierindustrie mit Sorge, aber ohne Panik
https://www.euwid-papier.de/news/einzelansicht/Artikel/papierindustrie-mit-sorge-aber-ohne-panik-irritationen-in-der-debatte-um-systemrelevanz.html?xing_share=news

Branchennews: Sind Papierlieferungen an Druckereien sichergestellt?
https://www.druck-medien.net/singlenews/uid-906284/sind-papierlieferungen-an-druckereien-sichergestellt/#a906284

Branchennews: Xerox zieht sein Übernahmeangebot an HP zurück
https://www.print.de/news-de/xerox-zieht-sein-uebernahmeangebot-an-hp-zurueck/

Branchennews: SIDEL – F&E-Zentrum kurzfristig umgebaut / Temporäre Produktion von PET-Flaschen für Desinfektionsgel
https://www.kiweb.de/Default.aspx?pageid=199311&docid=244887

Branchennews: Krisenpakt in Corona-Zeiten – Logistik und Handel auf einem Portal
https://www.eurotransport.de/artikel/krisenpakt-in-corona-zeiten-logistik-und-handel-auf-einem-portal-11156666.html

Branchennews: Auch der Onlinehandel bricht wegen Corona ein
https://www.euwid-verpackung.de/news/logistik/einzelansicht/Artikel/auch-der-onlinehandel-bricht-wegen-corona-ein.html

Germany Ecommerce 2019:
https://www.emarketer.com/content/germany-ecommerce-2019

Marktvolumen im E-Commerce, Erhebungen des Bundesverbands E-Commerce und Warenhandel Deutschland e.V. (bevh):
https://www.bevh.org/fileadmin/content/05_presse/Pressemitteilungen_2020/200121_-_Pra__sentaion_fu__r_PK_FINAL.pdf

Marktvolumen im E-Commerce, Erhebungen des Handelsverbands Deutschland (HDE):
https://einzelhandel.de/images/Arbeitgeber-Handel/Charts_Konjunkur_PK.pdf

News: Tschechien will Grenzen für mindestens ein halbes Jahr schließen
https://www.mdr.de/sachsen/chemnitz/annaberg-aue-schwarzenberg/container-grenzkontrolle-oberwiesenthal-100.html

News: Facebook sagt alle Events bis Juni 2021 ab
https://www.pcwelt.de/news/Facebook-sagt-alle-Events-bis-Juni-2021-ab-10794316.html

4.8/5 Avis de clients: 633

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos offres. En poursuivant la navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies sur notre site.

Informations sur les cookies